On a voulu choisir pour moi, j’ai dit NON !

Sarah, 18 ans

« Je suis née en Belgique. Le jour de mes 16 ans, mon père m’a offert un billet d’avion pour aller passer mes prochaines vacances au pays. J’étais folle de joie, rien ne m’a fait comprendre que quelque chose se préparait derrière mon dos. Quand je suis arrivée, c’est un de mes oncles qui m’a accueillie à l’aéroport. Il a demandé mes papiers, j’étais tellement heureuse d’être sur place que sans me méfier, je lui ai donné.

Quand je suis arrivée dans ma famille, mon père m’a annoncé que je devais me marier avec quelqu’un que la famille avait déjà choisi depuis très longtemps pour moi. De 30 ans plus âgé que moi ! J’étais choquée, anéantie, j’ai essayé de discuter avec ma famille mais eux ne voulaient rien entendre !

J’ai refusé et me suis forcée à trouver une solution, mais que faire sans papiers ? J’étais séquestrée à la maison, tout le monde me surveillait. Je me suis confiée à une de mes tantes, qui elle aussi a été mariée de force à un vieux. Elle m’a confié qu’elle n’a jamais été heureuse et a promis de m’aider à m’enfuir. Je me suis échappée avec son aide de la maison et j’ai réussi à joindre le Consulat. J’ai pu prendre contact avec l’assistante sociale d’une association de femmes à Bruxelles. J’ai pu avoir des nouveaux papiers et un billet de retour pour la Belgique ».

Dounia, 19 ans

«J’avais 17 ans. J’étais en Belgique depuis pas très longtemps. Un jour, mon papa m’a annoncé que je devais me marier avec un cousin de là-bas. Je ne voulais pas de ce mariage, je voulais continuer mes études et ensuite travailler, faire ma vie quoi… On n’est pas prête à se marier à 17 ans !

J’ai parlé à la médiatrice de mon école qui m’a écoutée, conseillée. Elle m’a accompagnée dans une association de femmes où on m’a expliqué que j’avais le droit de dire non. J’ai parlé à mon papa, c’était difficile de lui dire non parce que je l’aime beaucoup. Il devait comprendre que je ne voulais pas me marier, que je voulais faire ma vie! ».

Hatice, 18 ans

« Il y a un an, nous sommes allés dans le pays d’origine de mes parents pour les grandes vacances. Une fois là-bas, j’ai été mariée avec un cousin que la famille avait choisi pour moi depuis très longtemps. C’était pour le faire venir en Europe. C’est vrai, il était sympa, il était mon ami mais je ne le voulais pas comme mari. La nuit de noces, j’ai refusé de coucher avec lui. Je me suis enfuie avec l’aide d’une de mes cousines. Je suis rentrée en Belgique. Quelqu’un m’a conseillé de demander de l’aide auprès d’une association. J’étais effrayée, j’avais tellement peur de la réaction de ma famille. J’ai été reçue par une personne qui a tout fait pour me faire sentir en sécurité. On m’a expliqué que je pouvais porter plainte. Cette personne m’a accompagnée tout le temps. Je suis allée avec elle à la police et j’ai porté plainte pour mariage forcé. J’ai fait les démarches nécessaires et j’ai annulé ce mariage ».

Bahati, 17 ans

« Mon amie avait été amenée et retenue par sa famille dans leur pays d’origine où elle avait été obligée de se marier. Elle se trouvait dans un petit village, surveillée par toute sa famille qui lui avait confisqué ses papiers. Un jour, elle s’est échappée pour téléphoner à son petit ami qui se trouvait en Belgique. Jusqu’à ce jour, le mariage n’avait pas encore été consommé.

Après avoir pris connaissance de la situation qu’elle vivait, il a pris contact avec un avocat et a déposé plainte auprès de la justice belge. Celle-ci a pris contact, sans succès, avec les autorités locales et a procédé au blocage des comptes bancaires belges de certains membres de la famille. Ayant appris le retour prochain de la jeune fille avec sa sœur, la police les a interpellées et auditionnées à leur arrivée à l’aéroport. De retour en Belgique, elle a introduit une demande d’annulation du mariage. »

Naïm, 21 ans

« A 17 ans mon père m’a annoncé que je devais me marier avec une cousine germaine au pays. Lors d’une réunion familiale j’ai commencé à dire que je ne voulais pas de ce mariage mais des membres de ma famille m’ont fait comprendre que je devais accepter les règles. Mais je voulais dire mon avis…Alors ils m’ont frappé. Après j’avais trop honte. Les gens ne peuvent pas comprendre qu’on peut aussi être dans cette situation. En fait, c’est comme une prise d’otage ! Je me sentais seul mais j’ai osé en parler à un ami. Il m’a logé chez lui et on a trouvé une association pour m’aider financièrement. Même si j’ai désobéi à ma famille, aujourd’hui je suis heureux d’avoir récupéré ma vie. »

Si tu as refusé un mariage forcé, laisse ton témoignage* à l’adresse suivante : info@mariagemigration.org

Le courage de ton témoignage pourrait aider une autre personne !

*Ta contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site. Elle restera anonyme et ne sera pas utilisée à d’autres fins.

Si tu as besoin d’une écoute, d’une aide n’hésite pas à prendre contact avec l’une des associations mentionnées dans l’onglet « À QUI EN PARLER ? »